Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Base d'informations

ESPÈCES

Astacus leptodactylus

Noms communs :

Écrevisse à pattes grêles

Règne :

FAUNE

Organisme :

Crustacé

Famille :

Astacidae

Milieu - 1 :

CONTINENTAL

Milieu - 2 :

Eau douce

Origine géographique :

Sibérie occidentale – Turquie

Nom anglais :

Turkish crayfish

Auteur :

Eschscholtz, 1823

Introduction en France :

métropole

Date de rédaction :

31/07/2017, version 2

Contribution :

Marc Collas, Agence française pour la biodiversité

Partager

RESSOURCES

Liens utiles :

Analyse de risque :

Répartition :

L’espèce ne fait pas l’objet de mesures de gestion particulières.

Introduite volontairement en Europe pour la consommation et le repeuplement, l’Écrevisse à pattes grêles est aujourd’hui signalée dans 32 pays (Holdich et al., 2009 ; Kouba et al., 2014). En France, l’espèce est mentionnée de façon régulière à partir du début du XXe siècle. Sa présence est signalée par plusieurs auteurs dans des lots d’Écrevisses à pattes rouges (Astacus astacus) destinées au repeuplement (Collas, données non publiées).

L’espèce n’apparait officiellement dans la faune française qu’à partir des années 1990, lors de la seconde enquête nationale réalisée par le Conseil Supérieur de la Pêche, malgré des acclimatations vérifiées sur des plans d’eau dès la moitié du XXe siècle (la plus ancienne acclimatation vérifiée est localisée dans l’est, où une ballastière aurait été peuplée vers 1945-1946 avec quelques individus ramenés de Tchécoslovaquie par des troupes américaines (Laurent et al. 1984)). Lors de cette enquête, elle est signalée dans 26 départements.

La dernière enquête nationale sur la répartition des écrevisses en France réalisée en 2014 (Collas et al., 2014), relève la présence de l’espèce dans 45 départements, avec une répartition hétérogène sur le territoire et souvent observée dans des plans d’eau privés difficiles d’accès.

L’écrevisse à pattes grêles est sensible à la peste des écrevisses et ne présente pas les inconvénients des autres espèces d’écrevisses exotiques (agressivité, creusement des berges, prolifération). Ses populations étant soumises aux pressions exercées par les autres espèces exotiques, elle a rarement établi des populations pérennes (Collas, 2007). Aucun impact sur le milieu n’est documenté ou reporté actuellement.

Pas de retour d’expérience de gestion disponible actuellement.
Collas M., Julien C., Monnier D., 2007. La situation des écrevisses en France. Résultats de l’enquête nationale réalisée en 2006 par le Conseil Supérieur de la Pêche. Conseil Supérieur de la Pêche, Délégation régionale de Metz, 42 p.

Collas M., 2010. Gestion des espèces invasives en milieux aquatiques. Le cas des écrevisses dans le département des Vosges. Séminaire IBMA – 12-14 octobre 2010, Paris. 20 pp.

Collas M., Burgun V., Grandjean F., Poulet N. & Penil C. 2014. Fiche technique pour les acteurs de Système d’information sur l’eau. L’enquête nationale sur les écrevisses, Onema.

COLLAS M., BURGUN V., POULET N., PENIL C. et GRANDJEAN F. 2015. La situation des écrevisses en France, Résultats de l’enquête nationale 2014. Rapport technique, Office National de l’Eau et des Milieux Aquatiques, Vincennes. 32 p.

Holdich D.M., Reynolds J.D., Souty-Grosset C. & Sibley P.J. 2009. A review of the ever increasing threat to European crayfish from non-indigenous crayfish species. Knowledge and Management of Aquatic Ecosystems  : 394-395, 11.

Règlementations

Règlementation :

Espèce non réglementée.

Règlementation outre-mer :