Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Base d'informations

ESPÈCES

Dreissena polymorpha

Noms communs :

Moule zébrée

Règne :

FAUNE

Organisme :

Bivalve

Famille :

Dreissenidae

Milieu - 1 :

CONTINENTAL

Milieu - 2 :

Eau douce

Origine géographique :

Mer Noire et Mer Caspienne

Nom anglais :

Zebra mussel

Auteur :

Pallas, 1771

Introduction en France :

Métropole

Date de rédaction :

  31/10/2017, version 2

Contribution :

Florian Lamand, AFB.

Partager

RESSOURCES

Liens utiles :

Analyse de risque :

Répartition :

Les populations françaises de Truite arc-en-ciel ne font l’objet d’aucune mesure de gestion particulière actuellement.

L’espèce a envahi progressivement l’Europe depuis la fin du 18e siècle, via le réseau de transport maritime, fixée aux coques des bateaux ou dans les eaux de ballast (DORIS, 2016). Elle est aujourd’hui présente dans la majorité des lacs et rivières européens (Bachmann et al. 1997). En France, elle est observée depuis 1838 (Onema Nord-Est, 2015).

La capacité de colonisation en forte densité de la Moule zébrée peut entrainer un encrassement important des installations humaines (systèmes de filtration et de pompages, coques des bateaux, quais, bouées, etc). Aux États-Unis, le coût de l’encrassement lié aux Dreissena est estimé à 1 milliard de dollars par an (CABI, 2015).

Les populations de D. polymorpha sont responsables d’importantes altérations des écosystèmes : leur consommation importante de plancton entraine une modification de la chaine alimentaire et une compétition avec les espèces indigènes, ainsi qu’une augmentation de la transparence de l’eau qui favorise la prolifération d’algues (Birnbaum, 2011). Elles entraine également une acidification de l’eau et sont les hôtes de plusieurs parasites (DORIS. 2016), dont le ver Bucephalus polymorphus qui cause de grave lésions aux Cyprinidae (Wallet et Lambert 1986). Aux Etats-Unis, la Moule zebrée a entrainé la disparition des moules indigènes du lac Saint-Clair au Michigan (DORIS, 2016)Cette espèce présente une importante capacité bioaccumulatrice, qui permet son utilisation pour mesurer la présence de polluants dans l’eau (Bourgeault, 2010), mais empêche la consommation humaine.

Pas de retour d’expériences de gestion disponibles actuellement

Règlementations

Règlementation :

Espèce non réglementée.

Règlementation outre-mer :