Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Base d'informations

ESPÈCES

Dreissena rostriformis bugensis

Noms communs :

Moule Quagga

Règne :

FAUNE

Organisme :

Bivalve

Famille :

Dreissenidae

Milieu - 1 :

CONTINENTAL

Milieu - 2 :

Eau douce

Origine géographique :

Delta du Dniepr

Nom anglais :

Quagga mussel

Auteur :

Andrusov, 1897

Introduction en France :

Métropole

Date de rédaction :

  20/11/2019, version 3 

Contribution :

Florent Lamand, AFB.

Partager

RESSOURCES

Liens utiles :

Analyse de risque :

Répartition :

A l’heure actuelle, les populations de gobie à tache noire ne font pas l’objet de mesures de gestion spécifiques en France.

Originaire d’Ukraine, son expansion en Europe depuis les années 1940 accompagne le développement des canaux et du trafic maritime (CABI, 2015). L’espèce est probablement arrivée dans le delta du Rhin via les eaux de ballast des bateaux (Bij de Vaate & Beisel, 2011). En 2011, la moule Quagga est signalée pour la première fois en France, dans la Moselle (Bij de Vaate & Beisel, 2011), puis dans la Meuse (Marescaux et al. 2012). La taille des individus laisse supposer leur présence depuis 2010, voire plus tôt. Dans l’est, l’espèce est également observée depuis 2014 dans la section française du Rhin (Wagner, 2014) et depuis 2017 dans l’Escault (Prié & Fruget, 2017). Depuis 2017, elle est également signalée sur le Rhône, ce qui représente sa première détection sur un bassin versant méditerranéen (Prié & Fruget, 2017).

Comme la Moule zebrée (Dreissena polymorpha), sa capacité de colonisation en forte densité peut entrainer un encrassement important des installations humaines (systèmes de filtration et de pompages, coques des bateaux, quais,etc). Aux États-Unis, le coût de l’encrassement lié aux Dreissena est estimé à 1 milliard de dollars par an (CABI, 2015).

La présence de moule Quagga entraine de nombreux impacts négatifs sur l’écosystème : leur consommation importante de plancton entraine une modification de la chaine alimentaire ainsi qu’une augmentation de la transparence de l’eau qui favorise la prolifération d’algues. Elles entraine également une acidification de l’eau et sont les hôtes de plusieurs parasites (DORIS, 2016).

Pas de retour d’expérience de gestion disponible actuellement

Règlementations

Règlementation :

Espèce inscrite sur l’arrêté du 14 février 2018 relatif à la prévention de l’introduction et de la propagation des espèces animales exotiques envahissantes sur le territoire métropolitain (niveau 2).

Règlementation outre-mer :