Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Base d'informations

ESPÈCES

Egeria densa

Noms communs :

Egérie dense

Règne :

FLORE

Organisme :

Plante aquatique

Famille :

Hydrocharitaceae

Milieu - 1 :

CONTINENTAL

Milieu - 2 :

Eaux stagnantes ou à faible courant

Origine géographique :

Métropole et outre-mer

Nom anglais :

Large-flowered water weed, Leafy elodea

Auteur :

Planchon, 1849

Introduction en France :

Métropole et outre-mer

Date de rédaction :

27/04/2016, version 1

Dernière mise à jour :

liens mis à jour le 03/05/2021

Contribution :

Alain Dutartre (hydrobiologiste indépendant) et Jacques Haury (AgroCampusOuest)

Partager

RESSOURCES

Liens utiles :

Analyse de risque :

Répartition :

Les jeunes plants de Pittospore ondulé peuvent facilement être arrachés manuellement. Les déchets doivent être traités afin d’éviter toute dispersion de fragments. L’écorçage a été testé et s’est avéré efficace si réalisé sur la circonférence entière de l’arbre et à 30 cm du sol (GISD, 2016).

Très utilisée par les aquariophiles et pour les bassins d’ornement, Egeria densa est présente en outre-mer et en métropole. Elle a été découverte en 2000 en Polynésie française sur la rivière Vaima (Meyer, 2000). Elle est envahissante dans le lac Vaihiria au centre de l’île de Tahiti (Meyer comm. Pers. 2011). En Nouvelle-Calédonie, l’espèce a été découverte en 2006. En métropole, la première observation d’Egeria densa remonte à 1961, sur une retenue de la Sélune, petit fleuve côtier du département de la Manche (Fried, 2012).

Sa capacité à coloniser la totalité des milieux jusqu’en surface formant des herbiers denses peut créer des difficultés de déplacement pour les poissons et présenter des impacts physico-chimiques notables (conditions anaérobies, réduction des écoulements, envasement, etc.) (Dutartre, 2004 in Muller, 2004). Les herbiers deviennent monospécifiques et contribuent à réduire la biodiversité. Les gênes sur les usages sont nombreux (perturbation des activités de loisirs nautiques, herbiers denses rendant la pêche impraticable, gêne à la navigation fluviale) (Sarat et al., 2015).

Bouron D., F.V.P.P.M.A., 2010. Poster« Organisation et difficultés d’un projet de gestion d’espèces envahissantes : Cas de l’Egérie dense sur la rivière Vendée ».

Dutartre A., Haury J. et Jigorel A. 1997. Possibilités de gestion de l’invasion de la retenue de Pen Mur (Muzillac, Morbihan) par une plante aquatique exotique : Egeria densa. Cemagref, ENSA/INRA Rennes, INSA Rennes. Rapport pour le Conseil Général du Morbihan, 142 pp.

Dutartre A. 2002. Panorama des modes de gestion des plantes aquatiques : nuisances, usages, techniques et risques induits. Ingénieries, 30 : 37-48.

Dutartre A. 2004. De la régulation des plantes aquatiques envahissantes à la gestion des hydrosystèmes. Ingénieries, N° spécial Ingénierie écologique, 87-100.

Dutartre, A., & Jan, G. 2012. Expérimentation de contrôle des herbiers d’Egeria densa dans le port de Sainte-Eulalie-en-Born (Landes) à l’aide d’écrans occultant la lumière (p. 13). Bordeaux: IRSTEA.

Dutartre, A. Haury, J. et Jigorl, A. 1999. Succession of Egeria densa in a drinking water reservoir in Morbihan (France). Hydrobiologica 415: 243-247, 1999

Fried G. 2012. Guide des plantes invasives. Belin, Paris, 272 pp.

Haury J., Lambert E. et Dutartre A. Rapport Hydrocharitacées 2013-2015. Animation scientifique et appui à la gestion. AgroCampusOuest, Université Catholique de l’Ouest et Irstea. 93 pp.

Haury J., Bouron D., 2012. Approche scientifique au service des gestionnaires : la saga d’Egeria densa dans le Massif armoricain. In Haury J., Matrat R. (Eds), 2012. Plantes invasives, la nécessité de différentes approches. Actes du colloque régional Les plantes invasives en Pays-de-la-Loire, 11-12 mai 2011, Angers, Terra botanica. Æstuaria, collection Paroles des Marais atlantiques : 83-96.

Hequet V., Le Corre M., Rigault F. et Blanfort V. 2009. Les espèces exotiques envahissantes de Nouvelle-Calédonie. IRD. 87 pp.

Matrat R. 2013. Partenariat science et gestion : exemple des hydrocharitacées de la Bretagne à l’Aquitaine. Journées espèces invasives, Tour, 29 et 30 octobre 2013. 89 pp.

Moyon, F. (2012). Evaluation de la gestion d’Egeria densa, plante aquatique invasive sur la rivière Vendée à Fontenay-le-Comte. Propositions d’actions et recommandations aux gestionnaires (Mémoire, Université François Rabelais (Tours), FRA).  http://prodinra.inra.fr/record/302925

Muller S. (coord.). 2004. Plantes invasives en France. Muséum national d’Histoire naturelle, Paris. 168 pp.

Ribaudo C., Jan G., Bertrin V., 2015. Interactions entre macrophytes et qualité de l’eau : le cas des isoétides et des exotiques dans les lacs aquitains. Résultats du projet « Amélioration de l’évaluation de l’état écologique des lacs aquitains – 2014″. Rapport Agence de l’Eau Adour-Garonne. Irstea, UR EABX, 40 pp.

Sarat E., Mazaubert E., Dutartre A., Poulet N., Soubeyran Y. 2015. Les espèces exotiques envahissantes dans les milieux aquatiques : connaissances pratiques et expériences de gestion. Volume 2 : expériences de gestion. Onema. Collection comprendre pour agir. 240 pp.

SAGE Dhuy et Loiret. 2015. Inventaire des macrophytes invasives sur le Dhuy et le Loiret. Année 2014. 10 pp.

Lafontaine, R.-M., Beudels-Jamar, R.C., Delsinne, T., Robert, H. 2013. Risk analysis of the

Brazilian Waterweed Egeria densa Planch. Risk analysis report of non-native organisms in Belgium from the Royal Belgian Institute of Natural Sciences for the Federal Public Service Health, Food chain safety and Environment. 36 pp.

Règlementations

Règlementation :

Espèce non réglementée.

Règlementation outre-mer :