Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Base d'informations

ESPÈCES

Gambusia holbrooki

Noms communs :

Gambusie

Règne :

FAUNE

Organisme :

Poisson

Famille :

Poeciliidae

Milieu - 1 :

CONTINENTAL

Milieu - 2 :

Eau douce

Origine géographique :

Métropole et outre-mer

Nom anglais :

Eastern mosquitofish

Auteur :

Girard, 1859

Introduction en France :

Métropole et outre-mer

Date de rédaction :

  19/09/2016, version 1

Dernière mise à jour :

Mise à jour le 06/07/2020

Partager

RESSOURCES

Liens utiles :

Répartition :

L’arrachage manuel de la plante est réalisable. Un arrachage réalisé par des étudiants du Master Pro « Gestion des catastrophes et des risques naturels » (Université de Montpellier 3) en collaboration avec l’EID Méditerranée, a eu lieu en décembre 2012 sur une plage de Portiragnes (Hérault). Les interventions avaient pour objectif de diminuer l’emprise au sol du Muguet de la pampa qui s’est fortement développée sur un secteur dunaire formant un tapis dense monospécifique qui menace la végétation autochtone (IBMA, 2014).

La gambusie a été introduite dans de nombreuses régions du globe pour réguler les populations de moustiques anophèles, vecteurs des agents parasitaires du paludisme (Pascal et al., 2006). Deux espèces ont été introduites sur le territoire (G. holbrooki et G. affinis), d’abord en Corse (1924), puis en France continentale en 1927. G. holbrooki est actuellement présente sur tout le pourtour atlantique jusqu’au nord de la Loire (Keith et al.,  2011).

Les études menées sur le régime alimentaire de la Gambusie en France ont montré qu’elle consomme principalement d’octobre à mai des petits crustacés et de juin à septembre, d’insectes aquatiques, à l’exclusion de larves de moustiques (mettant ainsi en évidence l’inefficacité de son introduction pour lutter contre les anophèles…) (Pascal et al., 2006). Son impact sur les écosystèmes français n’est pas documenté actuellement. Des études menées à Hawaï ont montré un déclin d’odonates endémiques (Megalagrion sp.), dans les milieux où la Gambusie avait été introduite et une exclusion de leurs populations, liées à une prédation par la Gambusie (Englund et al., 1999). L’espèce est porteuse du cestode Bothriocephalus acheilognati, originaire de l’est de l’Asie et constitue un réservoir pathogène pour plusieurs espèces de poissons autochtones (Pascal et al., 2006).

L’utilisation des gambusies pour la régulation des larves de moustiques est peu recommandée (Haas et al., 2003). Notamment raison de leur comportement agressif et prédateur, qui affecte négativement les populations de petits poissons par la prédation et la compétition (Myers 1967; Courtenay et Meffe 1989)

Pas de retour d’expérience de gestion disponible actuellement.

Règlementations

Règlementation outre-mer :