Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Base d'informations

ESPÈCES

Heracleum sosnowskyi

Noms communs :

Berce de Sosnowskyi

Règne :

FLORE

Organisme :

Herbacée

Famille :

Apiaceae

Milieu - 1 :

CONTINENTAL

Milieu - 2 :

Berges de cours d’eau, prairies, milieux urbains

Origine géographique :

Nom anglais :

Sosnowskyi’s hogweed

Auteur :

Manden, 1944

Introduction en France :

Date de rédaction :

24/07/2017, version 1

Dernière mise à jour :

mise à jour réglementaire et liens 22/02/2021

Partager

RESSOURCES

Liens utiles :

Répartition :

La première station de Lycium ferocissimum a été découverte en France métropolitaine fin 2019, dans le département de l’Aude. Une note d’alerte a été rédigée par l’ANSES et le CBN Med début 2020 (Fried et al., 2020).

Un état des lieux de la zone a été réalisé et des prospections sur les sites alentours devraient permettre de détecter d’éventuelles autres populations et de réaliser un état des lieux complet de la situation. L’espèce étant nouvelle sur le territoire français, des informations supplémentaires mériteraient d’être collectées pour évaluer la dynamique de cette population ainsi que ses capacités de recrutement (taux de germination). L’analyse de risque réalisée selon la méthode de Weber & Gut pour l’espèce indiquant un risque élevé, notamment en milieu dunaire, un arrachage préventif est également à l’étude, dans le cadre d’une opération de détection précoce et de réaction rapide. Ces actions seront discutées au sein d’un comité d’acteurs à constituer (OFB, CBN, ANSES, gestionnaires, collectivités territoriales et services de l’Etat, etc.).

L’arrachage manuel ou mécanique est la technique de gestion la plus fréquemment employée dans les pays confrontés à l’invasion de L. ferocissimum. Les stations de taille importante peuvent être arrachées à la pelle mécanique. Le raclage des racines ou le labour profond est recommandé car la racine pivot de L. ferocissimum peut produire une nouvelle croissance lorsqu’elle est brisée. Il est conseillé de traiter les déchets issus des interventions de gestion (broyage très fin ou incinération sur place si possible), car les plantes mortes constituent une barrière épineuse qui peut subsister pendant de nombreuses années. Enfin, la reprise par germination est importante et le seul moyen de gestion expérimenté reste l’application d’herbicides (CABI, 2020).

La Berce de Sosnowskyi n’est pas encore présente en France. En Europe, elle a été introduite en Russie comme plante fourragère en 1947, puis en Lettonie, Lituanie, Estonie, Biélorussie, Ukraine, Pologne et Allemagne.

Elle peut rapidement développer des peuplements denses le long des cours d’eau. La densité de pieds peut varier considérablement (de 1 à 3 individus par m² à 20 individus par m²). Au cours des 20 dernières années, l’espèce a principalement colonisé les habitats anthropisés et semi-naturels des pays baltiques (Nielsen et al., 2005). Sa hauteur importante et sa grande couverture foliaire lui permettent de dominer la plupart des espèces végétales indigènes. Dans les peuplements dominés par la Berce de Sosnowskyi, jusqu’à 80 % de la lumière est captée par l’espèce. Ceci conduit à une forte baisse de la richesse spécifique des habitats envahis (Nielsen et al., 2005), ce qui a des impacts sur la stabilisation des berges (berges mises à nus pendant les périodes de crue hivernales).

Tout comme la Berce du Caucase et la Berce de Perse, la Berce de Sosnowskyi produit une sève qui contient des furanocoumarines qui provoquent, au contact de la plante, de fortes réactions allergiques (dermatoses et brûlures), surtout lorsque la peau est exposée au soleil.

Pas de retour d’expérience de gestion disponible actuellement.Voir les expériences de gestion menées sur la Berce du Caucase :