Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Base d'informations

ESPÈCES

Impatiens glandulifera

Noms communs :

Balsamine de l’Himalaya, Balsamine géante, Balsamine glanduleuse, Impatiente de l’Himalaya

Règne :

FLORE

Organisme :

Herbacée

Famille :

Balsaminaceae

Milieu - 1 :

CONTINENTAL

Milieu - 2 :

Ripisylve, berges de cours d’eau, fossés, talus humides, friches humides

Origine géographique :

Ouest de l’Himalaya – (Cachemire au Népal)

Nom anglais :

Himalayan balsam

Auteur :

Royle, 1835

Introduction en France :

métropole

Date de rédaction :

  26/07/2017, version 3

Dernière mise à jour :

mise à jour réglementaire et liens 22/02/2021  

Contribution :

Christophe Pineau (Cerema Ouest), Laurent Chabrol (Conservatoire botanique national du Massif central)

Partager

RESSOURCES

Liens utiles :

Répartition :

L’Ambroisie à petites feuilles est une espèce pérenne qui se reproduit par rhizomes. Les techniques de gestion classiquement utilisées pour l’Ambroisie à feuilles d’armoise ne pourront donc pas toutes s’appliquer à cette espèce. Il n’existe pas d’expérience de gestion répertoriée en France.

La Balsamine de l’Himalaya a été introduite en Europe au XIXème siècle, au jardin botanique de Kew en 1839, comme plante méllifère et ornementale. En France, l’espèce est observée à partir du début du XXème siècle en bordure de cours d’eau, dans la plaine du Rhin et des Vosges, ainsi que dans le Massif central et les Pyrénées. Elle est devenue invasive depuis environ 50 ans (Muller, 2004 ; Fried, 2012).

Les colonies de Balsamine de l’Himalaya conduisent à une augmentation de l’érosion des berges et des terrasses en hiver, lors de la disparition de la plante, laissant le sol quasi à nu. Sa masse luxuriante en bordure des rivières entrave l’évacuation de l’eau lors des phases de crues. Les peuplements monospécifiques de Balsamine de l’Himalaya peuvent entrainer une baisse de la diversité floristique des zones alluviales et rivulaires (disparition locale de 12 à 25 % des espèces initialement présentes). Les espèces héliophiles de petite taille sont en particulier concernées par l’ombrage créé par les peuplements denses de balsamine. Ses fleurs, très riches en nectar, attirent de nombreux insectes pollinisateurs qui sont ainsi détournés des plantes indigènes, ce qui peut affecter leur succès reproducteur (baisse du nombre de graines produites) (Fried, 2012, Muller, 2004).