Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Base d'informations

ESPÈCES

Lemna minuta

Noms communs :

Lentille d’eau minuscule

Règne :

FLORE

Organisme :

Plante aquatique

Famille :

Lemnaceae

Milieu - 1 :

CONTINENTAL

Milieu - 2 :

Eaux stagnantes

Origine géographique :

Métropole

Nom anglais :

Least Duckweed

Auteur :

Kunth, 1816

Introduction en France :

Métropole

Date de rédaction :

20/05/2016, version 1

Partager

RESSOURCES

Liens utiles :

Analyse de risque :

Répartition :

L’arrachage manuel et mécanique de l’Hydrocotyle sont les méthodes les plus fréquemment employées. L’arrachage manuel peut être réalisé sur de petites surfaces colonisées, à partir des berges ou à bord d’embarcations, à partir du printemps et durant toute la période de végétation. Les formes terrestres enracinées en berge sont les plus difficile à contrôler par arrachage car elles sont mêlées à la végétation rivualaire et les tiges sont alors souvent souterraines : ce sont pourtant ces formes qui permettent à la plante de recoloniser le plan d’eau et qui doivent faire l’objet d’arrachages minutieux en extirpant les tiges enfouies dans le substrat en période humide.

L’arrachage mécanique peut-être réalisé avec des pelles mécaniques équipées de paniers faucardeurs adaptés pour arracher les herbiers d’Hydrocotyle. Tout arrachage mécanique ne peut être efficace que par la mise en place d’arrachages manuels complémentaires et minutieux, à la fin du chantier mécanique, puis sur l’ensemble de la période de végétation (en particulier juin à septembre où la croissance est la plus rapide).

Dans tous les cas, l’installation d’un barrage filtrant est nécessaire pour contenir les fragments de plantes arrachées et éviter leur dispersion sur le réseau hydrographique. Ces barrages peuvent être composés de grillages fins (maille 1 x 1 cm).

Lemna minuta a été introduite de manière accidentelle avec des plantes aquatiques d’ornement, des poissons et d’autres espèces utilisées en aquariophilie. Elle a été observée la première fois en Europe en 1965 près de Biarritz, dans le lac Marion. La première intervention de gestion (récolte) date de 1950, dans les alentours de Bordeaux. L’espèce a ensuite été découverte en Allemagne près du Rhin en 1966 puis en plaine d’Alsace et en Suisse en 1975, ainsi qu’en Angleterre près de Cambridge en 1977, ce qui marqua le début de son expansion dans toute l’Europe occidentale et centrale (Muller, 2004).

La prolifération de colonies de Lemna minuta forme des tapis denses à la surface de l’eau, empêchant la pénétration de la lumière et des échanges gazeux avec le milieu aquatique. Des conditions d’anaérobies peuvent alors en résulter, avec corrélation négative entre l’oxygène dissous et la couverture et l’épaisseur des tapis de lentilles d’eau (Ceschin et al., 2020). Les sites colonisés par L. minuta présentent généralement une richesse végétale plus faible et une composition de la communauté d’invertébrés aquatiques différentes des sites similaires non-colonisés (Ceschin et al., 2020). Des gênes pour les loisirs nautiques (baignade, pêche et navigation) peuvent également être observés. Ces nuisances restent cependant très localisées en France métropolitaine, car les colonisations concernent généralement des plans d’eau de faibles dimensions ou des réseaux de fossés lors des périodes de stagnation des eaux (Muller 2004 et Fried, 2012).

Pas de retour d’expérience de gestion disponible actuellement.

Règlementations

Règlementation :

Espèce non réglementée.

Règlementation outre-mer :