Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Base d'informations

ESPÈCES

Limnomysis benedeni

Noms communs :

Limnomysis benedeni

Règne :

FAUNE

Organisme :

Crustacé

Famille :

Mysinae

Milieu - 1 :

CONTINENTAL

Milieu - 2 :

Eau douce

Origine géographique :

Ponto-Caspien

Auteur :

Czerniavsky, 1882

Introduction en France :

métropole

Date de rédaction :

  01/08/2017, version 1

Partager

RESSOURCES

Liens utiles :

Analyse de risque :

Répartition :

Une expérimentation de gestion a été menée sur les populations du marais Audomarois (Pas-de-Calais) sur 5 ans en 2009-2013, puis reconduite sur 3 ans (2014-2017), en raison des dégâts causés par les cygnes sur les cultures maraichères.

Une campagne de stérilisation des œufs a été mise en place, ainsi que des prélèvements d’individus erratiques. Les tirs ont été réalisés par des agents de l’ONCFS, et les prélèvements sont restés inférieurs à 15 % de l’effectif total de la population. Ces interventions ont été autorisées par la préfecture, par dérogation aux interdictions portant sur les espèces protégées.

Cette expérimentation a donné des résultats positifs. Les effectifs de cygnes durant la période de reproduction ont diminué de 28 %, et le préjudice lié aux dégâts causés a diminué et s’est stabilisé. Les gestionnaires préconisent donc de poursuivre cette méthode de régulation avec un quota limité à 35 cygnes prélevés par an (Millot, 2013 ; Millot, 2017).

Originaire de la région Ponto-caspienne, L. benedeni a gagné les eaux françaises du Rhin, après avoir dépassé le canal Main-Danube. Les premières observations datent de 1998 dans le cours moyen du Rhin. Le transport passif dû à la navigation est un facteur important de son expansion dans les voies d’eau navigables d’Europe. En France, en 2000, Wittman et Ariani indiquaient qu’on pouvait prévoir que les fleuves principaux de France seraient colonisés au bout de quelques années ou plusieurs dizaines d’années, par les canaux navigables reliant le Rhin, la Marne et le Rhône. Ils indiquaient également qu’en suivant le courant du Rhône, l’espèce pourrait gagnef la côte méditerranéenne. En 2009, les mêmes auteurs notent une extension importante de l’aire de répartition de l’espèce et la signalent dans la Moselle (Wittmann et Ariani, 2009).

L’espèce n’a jamais été introduite volontairement en Europe occidentale, contrairement à l’Europe orientale, où des colonisation extensives ont été entreprises dans les années 1950-1960, dans le cadre d’initiatives concernant la pêche. Des populations sont établies en Hongrie, Lithuanie, Kazachstan et Usbekistan (Wittman et Ariani, 2000).

Les impacts de l’espèce sont peu documentés, mais l’étude des populations établies en Autriche montrent qu’aucune modification de la communauté du zooplantcon n’a été remarquée, l’espèce occupant une position marginale dans le réseau trophique fluvial. D’après Wittman et Ariani, 2000, aucune modification importante n’est attendue au niveau des écosystèmes d’eau douce de France.

Pas de retour d’expérience de gestion disponible actuellement.

Règlementations

Règlementation :

Espèce non réglementée.

Règlementation outre-mer :