Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Base d'informations

ESPÈCES

Mauremys sinensis

Noms communs :

Emyde de Chine

Règne :

FAUNE

Organisme :

Reptile

Famille :

Geoemydidae

Milieu - 1 :

CONTINENTAL

Milieu - 2 :

Eau douce

Origine géographique :

La Réunion

Nom anglais :

Chinese stripe-necked turtle

Auteur :

Gray, 1934

Introduction en France :

La Réunion

Date de rédaction :

  04/05/2021, version 2

Contribution :

Mickaël Sanchez, Nature Océan Indien

Partager

RESSOURCES

Liens utiles :

Analyse de risque :

Répartition :

L’espèce ne fait pas l’objet de mesures de gestion particulières.

L’Émyde de chine a été observée pour la première fois en 2003 dans les milieux naturels de l’île de La Réunion, dans la rivière des Galets, en aval du barrage hydraulique, au lieu-dit Deux-bras, au nord-ouest de l’île, sur les communes de La Possession et de Saint-Paul. En 2013, six individus juvéniles en insolation ont été observés sur la rivière, environ 10 km en aval de l’observation antérieure, en amont d’un bassin de baignade. Cette espèce étant largement commercialisée comme nouvel animal de compagnie (NAC) à La Réunion, il est probable que des spécimens soient des échappés d’élevage (au moins deux individus adultes qui seraient à l’origine d’une ou plusieurs pontes dans le milieu naturel).

Les individus d’élevages présents en métropole montrent une forte capacité d’adaptation en extérieur, avec une résistance aux températures très basses dès lors qu’ils bénéficient de cachettes adaptées (Marans, 2021). Les impacts de l’Émyde de Chine ne sont pas documentés. L’espèce pourrait rentrer en compétition pour les ressources et l’habitat avec les espèces natives (Gouvernement du Queensland, 2016). Des chercheurs espagnols ont montré que cette espèce pouvait s’hybrider avec l’Emyde lépreuse, Mauremys leprosa, (Sancho et al., 2020) dont l’aire de répartition s’étend du sud-ouest de la France (Languedoc-Roussillon) jusqu’au Maroc (Marans, 2021).

Probst J.-M. & Sanchez M. 2013. L’Émyde de Chine Mauremys sinensis (Gray, 1834) (Testudines : Geoemydidae), une tortue aquatique naturalisée à La Réunion ? Bulletin Phaethon, 33 : 55-56.Sanchez M. et Probst J.-M. 2016. L’herpétofaune alloctone de l’île de La Réunion (Océan Indien) : état des connaissances en 2015. Bull.Soc. Herp. Fr. (2016) : 49-78.

Sanchez M. et Probst J.-M. 2013. L’Émyde de Chine Mauremys sinensis dans la rivière des Galets (île de La Réunion) : compte-rendu des actions de lutte précoce. Rapport Nature Océan Indien. 22 pp + annexesSancho, V., Lacomba, I.V., Bataller J., Verissimo, J. & Velo-Anton, G. 2020. First report of hybridization between Mauremys leprosa and Mauremys sinensis highlights the risk of exotic Mauremys spp. pet trade. Basic and Applied Herpetology, 34.

Soubeyran Y. 2008. Espèces exotiques envahissantes dans les collectivités françaises d’outre-mer. État des lieux et recommandations. Collection Planète Nature. Comité français de l’UICN, Paris, France

Maran, J. 2021. Premières observations sur la reproduction en conditions naturelles de deux espèces de tortues dulçaquicoles asiatiques en France métropolitaine. Bull. Soc. Herp. Fr. (2021) 177 : 81-89

Règlementations

Règlementation :

Pas de formalité de 1 à 25 individus mais certificat de capacité et autorisation d’ouverture au-delà (arrêté du 8 octobre 2018)

Règlementation outre-mer :