Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Base d'informations

ESPÈCES

Myiopsitta monachus

Noms communs :

Conure veuve

EICAT Monde :

MN- Minor

EICAT France :

MN- Minor

Règne :

FAUNE

Organisme :

Oiseau

Famille :

Psittacidae

Milieu - 1 :

CONTINENTAL

Milieu - 2 :

Terrestre

Origine géographique :

Amérique du Sud

Nom anglais :

Monk parakeet

Auteur :

Boddaert, 1783

Introduction en France :

métropole

Date de rédaction :

  03/04/2018, version 1

Dernière mise à jour :

règlementation mise à jour le 22/03/2021

Contribution :

Jean-François Maillard, OFB

Partager

RESSOURCES

Liens utiles :

Analyse de risque :

Répartition :

De nombreuses techniques ont été proposées pour tenter de gérer cette espèce : courant d’eau douce, grattage, traitement antifouling, … (Müller et Breton, 2021). La désoxygénation des réservoirs d’eau de ballast à l’aide d’azote gazeux peut s’avérer efficace pour réduire les introductions de Ficopomatus enigmamaticus, et une étude a révélé que ce traitement détruirait 80 % de ses larves (Tamburri, 2001). Comme pour la plupart des espèces marines envahissantes, la prévention de l’établissement reste toutefois le meilleur moyen de gestion de F. enigmamaticus.

Des individus sont observés régulièrement en France depuis les années 1970, et plusieurs couples se sont reproduits notamment au Jardin des Plantes de Paris, à Drancy (Seine-Saint-Denis), à Penmarc’h (Côtes d’Armor), à Lagorce (Gironde) et dans les Landes (Dubois, 2007). Seule les populations installées à Toulon (Var) et Marseille (Bouches-du-Rhône) semble se maintenir (17-19 couples en 2014) (Dubois et Cugnasse, 2015). Tous ces individus sont issus d’échappées ou de relâchés d’individus élevés en cages ou en volières. Des populations plus importantes sont présentes en Belgique (200 individus) et en Espagne (plusieurs milliers d’individus) .

La Conure veuve peut présenter un comportement agressif et entrer en compétition avec les espèces indigènes sur les sites de reproduction et les mangeoires. Elle est également hôte potentiel de plusieurs agents pathogènes et parasites aviaires (Cottaz et al., 2016). Considérée comme ravageur de cultures dans son aire d’origine, l’espèce cause des dégâts importants sur les infrastructures (lignes et poteaux électriques en particulier) aux États-Unis.

Pas de retour d’expérience de gestion disponible actuellement.
Dubois, J. et Cugnasse, J-M. 2015. Les populations d’oiseaux allochtones en France en 2014 (3e enquête nationale). Ornithos 22-2 : 72-91.

Dubois, J. 2007. Les oiseaux allochtones en France : statut et interactions avec les espèces indigènes. Ornithos 14-6 : 329-364.

Cottaz, C. et al., 2016. Fiches de synthèse des EEE évaluées pour la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. ONCFS. 70 p.

Tuton A. 2018. La colonisation des milieux urbains et périurbains par les psittaciformes. Invasions biologiques de la Conure veuve (Myiopsitta monachus) et de la Perruche à collier (Psittacula krameri). Thèse pour doctorat vétérinaire. École nationale vétérinaire d’Alfort.

Règlementations

Règlementation :

Arrêté du 8 octobre 2018 fixant les règles générales de détention d’animaux d’espèces non domestiques : Détention libre de 1 à 75 individus, certificat de capacité et autorisation d’ouverture au-delà.

Règlementation outre-mer :