Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Base d'informations

ESPÈCES

Oncorhynchus gorbuscha

Noms communs :

Saumon rose

Règne :

FAUNE

Organisme :

Poisson

Famille :

Salmonidae

Milieu - 1 :

CONTINENTAL

Milieu - 2 :

Eau douce

Origine géographique :

Ouest de l’Amérique du Nord

Nom anglais :

Pink salmon

Auteur :

Walbaum, 1792

Introduction en France :

métropole

Date de rédaction :

  21/11/2017, version 1

Contribution :

Nicolas Poulet, AFB

Partager

RESSOURCES

Liens utiles :

Analyse de risque :

Répartition :

L’Herbe de la Pampa pourpre est très similaire à son proche parent Cortaderia selloana et peut prétendre à une gestion similaire.

La fauche ou la coupe des tiges (à la base ou sous les plumeaux) permet d’éviter la dispersion de l’espèce, mais n’empêche pas la production de feuilles ou de tiges l’année suivante. En Bretagne, la gestion de C. selloana consiste en une coupe des pieds à ras, suivie d’un bâchage hermétique. Cette méthode semble plus efficace si elle est mise en place avant l’été, de façon à ce que la bâche chauffée par le soleil entraîne la « cuisson » des racines. La présence d’une banque de graines dans le sol nécessite de poursuivre l’élimination systématique des jeunes plants sur plusieurs années (UICN France, 2015).

L’arrachage des pieds les plus jeunes avant la fructification peut se faire à la pelle manuelle tandis que les pieds plus âgés nécessitent l’utilisation d’un engin de type tractopelle (UICN France, 2015).

Sur l’île de La Réunion, quatre opérations de gestion ont été menées sur C. selloana sur une surface de 2,6 ha. L’arrachage de la plante est réalisé au pic, après coupe des feuilles, en veillant à bien enlever toute la partie racinaire. Les parties racinaires sont laissées à sécher sur place (sans contact avec le sol) ou brûlées sur place lorsque possible (ONF La Réunion, 2017).

 

Dans les années 1950, le saumon rose a été introduit intentionnellement dans plusieurs pays d’Europe pour le développement de la pêche (Russie, Norvège, Lettonie, Allemagne), et s’est ensuite dispersé dans les pays voisins. En France, l’espèce est observée pour la première fois en 2017 : un mâle est capturé sur la Canche (Pas-de-Calais) en août et un individu est observé sur l’Elorn (Finistère) en septembre (Beaulaton et al. 2017).

L’espèce pourrait potentiellement entrer en compétition alimentaire et spatiale avec le Saumon atlantique (Salmo salar), mais ne semblerait pas représenter de menace pour les autres espèces de salmonidés indigènes, cependant les connaissances sur l’écologie du Saumon rose en Europe restent limitées (Beaulaton et al. 2017).

Pas de retour d’expérience de gestion disponible actuellement.