Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Base d'informations

ESPÈCES

Ondatra zibethicus

Noms communs :

Rat musqué

Règne :

FAUNE

Organisme :

Mammifère

Famille :

Cricetidae

Milieu - 1 :

CONTINENTAL

Milieu - 2 :

Eau douce

Origine géographique :

Métropole

Nom anglais :

Muskrat

Auteur :

Linnaeus, 1766

Introduction en France :

Métropole

Date de rédaction :

  29/08/2017, version 2

Dernière mise à jour :

Règlementation mise à jour le 28/02/2021

Contribution :

Gérald Guédon, FREDON Pays de la Loire

Partager

RESSOURCES

Liens utiles :

Répartition :

Présent uniquement sur la montagne de Sainte-Victoire en région PACA.Une réflexion sur sa gestion en partenariat avec l’OFB et le Grand Site Sainte-Victoire a été initiée par des comptages en 2016. A ce jour, aucune action de lutte n’a émergé. Le loup, un prédateur potentiel, a cependant été contacté dans ce massif et quelques carcasses ont été observées.

Introduit dans le nord et l’est de la France en 1920 pour l’exploitation de la fourrure, plusieurs populations se forment suite aux échappées des élevages après leur faillite dans les années 30. Depuis 1983, l’espèce est présente sur la quasi-totalité du territoire (Pascal, 2003).

De part sa consommation de végétation aquatique, il diminue les herbiers et impacte la composition des communautés végétales, perturbant également la reproduction de certains oiseaux, poissons et invertébrés (Nummi et al., 2006). Il consomme également une quantité importante de mollusques (Pascal, 2003). Comme le ragondin, par son comportement fouisseur, il dégrade les berges, accélère l’érosion et le colmatage du lit des rivières et ravage les prairies naturelles. Il impacte aussi fortement la succession des espèces végétales dans les milieux aquatiques (Danell, 1996). Le Rat musqué dégrade les berges et en accélère l’érosion, et dégrade les installations humaines (piliers de ponts, digues, etc.). Il est potentiellement porteur de plusieurs maladies présentant un risque pour l’homme, dont la leptospirose (Barrat et al., 2010), la toxoplasmose et l’echinoccocose alvéolaire  (Guedon, 2016).

Barrat J., Richomme C., Moinet M., Pastoret P.P., Moutou F. 2010. The accidental release of exotic species from breeding colonies and zoological collections.  Revue Scientifique et Technique – Office International des Épizooties, 29(1): 113-122.

Danell K. 1996. Introductions of aquatic rodents: lessons of the muskrat Ondatra zibethicus invasion. Wildlife biology. 2(3): 213–220.

Pascal M., Lorvelec O., Vigne J.D., Keith P., Clergeau P. 2003. Evolution holocène de la faune de Vertébrés de France : invasions et extinctions. Institut national de la recherche agronomique, Centre national de la recherche scientifique, Museum national d’Histoire naturelle, Ministère de l’Aménagement du territoire et de l’environnement (Direction de la nature et des paysages), Paris. 350 pp

.Nummi P., Vaananen V.M., Malinen J. 2006. Alien Grazing: Indirect Effects of Muskrats on Invertebrates. Biol Invasions [en ligne], 8(5): 993-999.

Sarat, E. (coord). 2012. Les vertébrés exotiques envahissants sur le bassin de la Loire (hors poissons) : connaissances et expériences de gestion. ONCFS, Plan Loire Grandeur Nature, 128 pp. (p. 44-49)

Guédon, G. (Coord.) 2016. Enjeux environnementaux, agricoles et de santé publique : l’exemple des oiseaux et des rongeurs aquatiques. Actes du colloque GEDUVER – Terra botanica – Angers – 28 et 29 mai 2013, FREDON Pays de la Loire Edition : 166 p.Cartuyvels E., Adriaens T., Baert K., Huysentruyt F., Stuyck J. 2020. Best Practice for trapping muskrat, Ondatra zibethicus, in Flanders. Reports of the Research Institute for Nature and Forest 2020 (29). Research Institute for Nature and Forest , Brussels.DOI: doi.org/10.21436/inbor.18446121

Bonnet, M., Guédon, G., Pondaven, M., Bertolino, S., Padiolleau, D., Pénisson, V., … & Pays, O. 2021. Aquatic invasive alien rodents in Western France: Where do we stand today after decades of control?. PloS one, 16(4), e0249904.

Règlementations

Règlementation :

Espèce inscrite sur la liste des espèces exotiques envahissantes préoccupantes pour l’Union Européenne, en application du règlement européen  n°1143/2014

Espèce inscrite sur l’arrêté du 14 février 2018 relatif à la prévention de l’introduction et de la propagation des espèces animales exotiques envahissantes sur le territoire métropolitain.

Détention possible uniquement dans le cadre des mesures transitoires et des mesures dérogatoires au règlement européen :

Tous les animaux doivent être pourvus d’un marquage en permettant la reconnaissance individuelle (arrêté du 08 octobre 2018).Espèce pouvant faire l’objet de destruction en métropole par l’arrêté du 2 septembre 2016 relatif au contrôle par la chasse des populations de certaines espèces non indigènes

Règlementation outre-mer :