Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Base d'informations

ESPÈCES

Plotosus lineatus

Noms communs :

Poisson-chat rayé

Règne :

FAUNE

Organisme :

Poisson

Famille :

Plotosidae

Milieu - 1 :

MARIN

Milieu - 2 :

Eau salée

Origine géographique :

Nom anglais :

Striped eel catfish

Auteur :

Thunberg, 1787

Introduction en France :

Date de rédaction :

06/04/2020 version 1

Dernière mise à jour :

mise à jour le 21/04/2020

Contribution :

Cécile Massé, UMS PatriNat

Partager

RESSOURCES

Liens utiles :

Répartition :

 L’espèce ne fait pas l’objet de mesures de gestion.

Le Poisson chat rayé est présent en Polynésie française, à la Réunion, à Mayotte ainsi qu’en Nouvelle-Calédonie (INPN), où l’espèce est indigène.

L’espèce a été introduite en Méditerranée et présente un risque important pour les côtes métropolitaines françaises dans les prochaines années. Pour le moment, le Poisson chat rayé est surtout présent dans l’est, mais des signalements en Égypte indiquent que sa migration vers l’Ouest a certainement démarrée.

P. lineatus est une espèce lessepsienne, présente dans le golfe et le canal de Suez depuis les années 1930 (Chabanaud, 1932). Avec une fécondité variant de 525 à 1176 œufs par an (Heo et al., 2007), l’espèce peut atteindre des densités considérables (jusqu’à 10% des prises au chalut par nombre d’individus) et interfère alors avec les pêcheries en tant que prise accessoire (Edelist et al., 2012). Les effets de la prédation et de la concurrence de ce poisson carnivore sont probablement importants. La présence du Poisson chat rayé aurait contribué à l’exclusion compétitive de deux espèces de mulet (Mullus barbatus et Mullus surmuletus) sur les côtes sablonneuses d’Israël, en raison d’un chevauchement de préférences en matière d’alimentation et d’habitat (Arndt et al., 2018).Ce poisson présente également un risque en raison de forte venimosité (Galil, 2007); en effet, les individus adultes possèdent trois éperons (un à l’avant de la nageoire dorsale et un à l’avant de chaque nageoire pectorale) qui sécrètent en continu du venin. Bien que la piqûre ne soit rarement mortelle, celle-ci peut provoquer une syncope chez le plongeur et la douleur provoquée persiste sur plusieurs jours.

Pas de retour d’expérience de gestion disponible actuellement.