Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Base d'informations

ESPÈCES

Potamon ibericum tauricium

Noms communs :

Crabe d’eau douce turc, Crabe d’Espagne

Règne :

FAUNE

Organisme :

Crustacé

Famille :

Potamidae

Milieu - 1 :

CONTINENTAL

Milieu - 2 :

Eau douce

Origine géographique :

Europe du sud

Nom anglais :

Freshwater crab

Auteur :

Czerniavsky, 1884

Introduction en France :

métropole

Date de rédaction :

  22/04/2021, version 2

Partager

RESSOURCES

Liens utiles :

Analyse de risque :

Répartition :

La population férale de Camargue, issue d’échappés d’un zoo, a été maitrisée en 2007 par la mise en place sur des sites d’alimentation de zones d’appatage puis administration d’alphachloralose dans l’appât. Cette molécule chimique, utilisée comme raticide, engendre une intoxication et une hypothermie des animaux. A fortes doses, il est létal pour l’animal.

La population de l’ouest de la France, également issue de parcs, fait l’objet d’une gestion par prélèvements des individus par l’OFB depuis 2006 et des œufs par la Société Nationale de Protection de la Nature sur le lac de Grand-Lieu depuis 2009. Sur les sites d’alimentation préalablement identifiés, les interventions par tir ont recours à des leurres artificiels disposés au sol et mimant un ibis sacré en vue de les attirer. Le tir se réalise au fusil de chasse. Les colonies de reproduction sont localisées sur le lac et lorsque l’intervention est possible, les œufs sont détruits. Néanmoins, cette technique peut engendrer une seconde ponte.

Évolution du nombre minimal de couples reproducteurs dans l’ouest de la France (Source : OFB-SNPN)

L’Ibis sacré ne peut être détenu que dans les parcs habilités. En France, la population en captivité est estimée à 450 individus.

Il s’agit d’un sous-espèce de Potamon ibericum (Bieberstein, 1809). L’espèce aurait été introduite avec des écrevisses turques (Astacus leptodactylus) dans les années 1960 et 1970, mais son origine en Turquie reste inconnue (Noël et Guinot, in Gherardhi 2007). L’espèce a été introduite dans le sud de la France de façon indépendante dans le cours inférieur de l’Hérault d’une part et dans celui de la Cagne d’autre part (Noël, 2017). La population présente sur la rivière Hérault depuis les années 1990 (Charmantier, 1992), sur un tronçon d’environ 15 km, ne semble pas en expansion (Vigneux, 1997). Sa présence est observée près de Nice, sur la rivière Cagne depuis 1985, mais l’espèce n’a été qu’officiellement identifiée en 2005. L’espèce est présente sur un tronçon de 4-5 km (Noël et Guinot, in Gherardhi 2007).

Dans le Sud de la France, le Crabe d’eau douce turc partage le même biotope que l’écrevisse autochtone A. pallipes. Sa présence pourrait bloquer l’implantation des écrevisses dans les zones en amont, par exclusion compétitive. Des études doivent cependant préciser ces impacts (Noël et Guinot, in Gherardhi 2007).

Pas de retour d’expérience de gestion actuellement.

Règlementations

Règlementation :

Espèce non réglementée.

Règlementation outre-mer :