Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Base d'informations

ESPÈCES

Proasellus coxalis

Noms communs :

Proasellus coxalis

Règne :

FAUNE

Organisme :

Crustacé

Famille :

Asellidae

Milieu - 1 :

CONTINENTAL

Milieu - 2 :

Eau douce

Origine géographique :

Métropole

Auteur :

Dollfus, 1892

Introduction en France :

Métropole

Date de rédaction :

  31/07/2017, version 1

Partager

RESSOURCES

Liens utiles :

Analyse de risque :

Répartition :

En France, la population de Castor canadien introduite dans l’Yonne en 1975 a été éradiquée par l’Office national de la chasse et de la faune sauvage en 1984. Entre novembre 1984 et avril 1985, 22 castors seront ainsi capturés et deux abattus au fusil. Depuis, l’espèce n’a plus été signalée sur les sites initiaux de présence connue et sur la Loire proche. Il s’agit de la première opération d’éradication d’un vertébré allochtone conduite en France (Hurel, 2011).

En Europe, les populations établies au Luxembourg, en Belgique et à l’ouest de l’Allemagne sont susceptibles d’arriver sur le territoire français. Afin d’assurer un bon état de conservation du Castor européen, un dispositif de surveillance a été mis en place par la délégation Nord-Est de l’ONCFS, en étroite collaboration avec le réseau national Castor et les universités de Liège et de Lorraine. Ce réseau permettra de détecter l’arrivée possible du Castor canadien sur le territoire national et, le cas échéant, d’empêcher de façon réactive sa naturalisation (Dubrulle et Catusse, 2012). Treize sites de surveillance ont été définis à partir d’une cartographie transfrontalière. Les deux espèces étant difficiles à distinguer sur de simples critères morphologiques, des analyses génétiques doivent être réalisées. La méthode des pièges à poils (fils barbelés à hauteur de 25 cm au dessus de passages fréquentés par le castor) permet ainsi de récolter les échantillons sans capturer ou manipuler les individus.

Proasellus coxalis est un crustacé d’eau douce originellement présent dans les estuaires autour de la Méditerranée (Italie, Sicile et mer Égée). Depuis 1931, l’espèce se disperse dans l’Europe de l’Ouest, en se fixant aux coques des navires ou en se retrouvant dans les eaux de ballast. L’espèce a rejoint le Rhin à partir du sud de la France, empruntant le Rhône, la Saône, le Doubs et le canal Rhin-Rhône (Gherardi, 2007). Sa présence a d’abord été notée en Belgique en 2005 (Wouters et Vercauteren, 2009). Aujourd’hui, elle se retrouve dans presque toutes les masses d’eau douce de l’ouest et de la Flandre orientale (WORMS, 2017). Elle est également notée dans les cours d’eau du nord de l’Allemagne, Ems, Saale, Rhur, Werser, Aller et dans l’Elbe, ainsi que dans la partie haute du Rhin en Allemagne du Sud (Gherardi, 2007).

Pas de retour d’expérience de gestion disponible actuellement.
Pas de fiche descriptive disponible actuellement.

Règlementations

Règlementation :

Espèce non réglementée.

Règlementation outre-mer :