Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Base d'informations

ESPÈCES

Prunus serotina

Noms communs :

Cerisier tardif, Cerisier noir

Règne :

FLORE

Organisme :

Arbuste

Famille :

Rosaceae

Milieu - 1 :

CONTINENTAL

Milieu - 2 :

Ripisylves, tourbières

Origine géographique :

Amérique du Nord

Nom anglais :

Black cherry

Auteur :

Linné, 1753

Introduction en France :

métropole

Date de rédaction :

  18/07/2016, version 2

Dernière mise à jour :

liens mis à jour le 25-06-2021

Contribution :

Hélène Gervais, CEN Centre Val-de-Loire

Partager

RESSOURCES

Liens utiles :

Analyse de risque :

Répartition :

Une cellule de veille avec un réseau de sentinelles SAPIDUS WATCH a été montée avec l’Université de Montpellier et les acteurs des territoires concernés (pêcheurs, scientifiques et gestionnaires) pour suivre la progression et l’installation de l’espèce sur le Parc naturel marin du golfe du Lion et au-delà sur la façade (Pôle-relais lagunes méditerranéennes, 2020). Une fiche de signalement a été mise à disposition et une base de données « sapiduswatch » a été créée spécifiquement pour récolter les données de Crabe bleu sur CardObs.

Le Parc naturel marin du golfe du Lion teste depuis 2019, un protocole de suivi par capture (piégeages par casier). Un projet prévu sur une durée de 2 ans (2022-2023), porté par le Syndicat mixte du bassin versant du Réart pour donner des préconisations de gestion pour limiter la prolifération du crabe et la dégradation de la lagune de Canet (Pôle-relais lagunes méditerranéennes, 2022).

Le Cerisier tardif a été importé en Europe pour l’ornement des parcs et des jardins au début du 17e siècle. A partir du 19e siècle, cette essence a été employée par les forestiers pour la qualité de son bois et sa rapidité de croissance, mais également comme couvert à gibier par les chasseurs (Fried, 2012, CBN Bailleul, 2016).

Le Cerisier tardif peut former des peuplements denses, surtout après une perturbation. Il entre en compétition avec les autres espèces indigènes, notamment des strates arborescentes et arbustives. Il appauvrit la flore du sous-bois et empêche la régénération des essences héliophiles (chênes, pin sylvestre) (Fried, 2012). Elle entraîne une baisse locale de la biodiversité en provoquant la disparition de certains végétaux et occasionne des modifications du paysage et des habitats en les uniformisant. Des cas d’envahissements en contexte prairial sont connus notamment en Suisse, où ils ont pour effet d’accélérer la dynamique d’embroussaillement (CBN Bailleul, 2016).

Pas de retour d’expérience de gestion disponible actuellement.

Règlementations

Règlementation :

Espèce non réglementée.

Règlementation outre-mer :