Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Base d'informations

ESPÈCES

Pterocarya fraxinifolia

Noms communs :

Noyer du Caucase

Règne :

FLORE

Organisme :

Arbre

Famille :

Juglandaceae

Milieu - 1 :

CONTINENTAL

Milieu - 2 :

Ripisylves, berges des cours d’eau

Origine géographique :

Caucase – nord de l’Iran

Nom anglais :

Caucasian wingnut

Auteur :

(Poiret) Spach, 1834

Introduction en France :

métropole

Date de rédaction :

  27/05/2016, version 1

Partager

RESSOURCES

Liens utiles :

Analyse de risque :

Répartition :

Figurant sur la liste des espèces exotiques envahissantes préoccupantes pour l’Union Européenne (règlement d’exécution 2016/1141), son introduction sur le territoire, y compris le transit sous surveillance douanière, l’introduction dans le milieu naturel, détention, transport, colportage, utilisation, échange, mise en vente, vente ou achat de spécimens sont interdits en France par l’arrêté du 14 février 2018.

Une synthèse des méthodes de contrôle des populations d’écrevisses invasives a été réalisée par l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques (Poulet, 2014) et présente succinctement les différentes méthodes envisageables (contrôle mécanique, physique, biologique, par biocides et autocides).

Le Noyer du Caucase a été introduit pour la première fois en Europe en 1784 en France où sa présence la plus ancienne est attestée par un individu planté en 1862 dans le square Estienne-d’Orves à Paris où il est encore visible aujourd’hui. C’est plus récemment, à la fin du 20e siècle, que son implantation plus large sur le territoire a été favorisée par le développement commercial de la filière horticole orientée vers le grand public. L’arbre a alors été planté en milieu naturel, notamment en zone humide. Il y a alors révélé un caractère envahissant et forme aujourd’hui des boisements monospécifiques denses pouvant supplanter localement les ripisylves constituées d’essences indigènes (CBN Bailleul, 2016).

La production de juglone, substance allélopathique, est susceptible d’empêcher le développement d’autres espèces au sein des boisements de Noyer du Caucase. Son implantation en ripisylve empêche la végétalisation naturelle des milieux qu’il colonise (CBN Bailleul, 2016).

Pas de retour d’expérience de gestion disponible actuellement.

Règlementations

Règlementation :

Espèce non réglementée.

Règlementation outre-mer :