Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Base d'informations

ESPÈCES

Rhithropanopeus harrisii

Noms communs :

Crabe de boue, Crabe de vase

Règne :

FAUNE

Organisme :

Crustacé

Famille :

Panopeidae

Milieu - 1 :

CONTINENTAL

Milieu - 2 :

Estuaires

Origine géographique :

Amérique du Nord

Nom anglais :

North American mud crab

Auteur :

Gould, 1841

Introduction en France :

Métropole

Date de rédaction :

  31/07/2017, version 1

Partager

RESSOURCES

Liens utiles :

Analyse de risque :

Répartition :

Le Ragondin est inscrit sur la liste des organismes nuisibles aux végétaux dont la lutte est obligatoire (arrêté ministériel du 31 juillet 2000, modifié par l’arrêté ministériel du 25 novembre 2011). Dans ce cadre, le piégeage, le tir et le déterrage de Ragondin sont autorisés toute l’année. Seul le piégeage organisé en lutte collective par les FDGDON et leurs groupements ne nécessite pas l’agrément piégeage (arrêtés du 29 janvier 2007 et du 29 juin 2011). Dans les départements dans lesquels le Vison d’Europe est présent, les cages utilisées pour le piégeage entre avril et juillet doivent présenter une ouverture de 5 cm par 5 cm pour permettre aux femelles vison d’Europe de s’échapper pendant leur période de gestation et d’allaitement. La lutte chimique est limitée à des cas exceptionnels et soumise à autorisation.

Des campagnes de piégeage sont organisées dans plusieurs régions :

Le Crabe de vase a été introduit en Europe via les eaux de ballast, et est signalé depuis 1874 dans le Zuiderzee (Golfe des Pays-Bas) (Noël et Fey, 2017). L’espèce est présente dans la mer du Nord, la Baltique, la Suède, le Danemark, l’Allemagne, la Belgique, la Grande Bretagne, le Portugal, l’Espagne, l’Italie, la Bulgarie et la Roumanie (Noël et Fey, 2017). En France, l’espèce a été découverte en 1938 dans l’estuaire de la Loire, puis dans le canal de Caen et dans l’estuaire de l’Orne en 1956 (Noël et Fey, 2017). Ces premières populations seraient en forte régression, mais l’espèce a également été retrouvée en Grande Brière, dans le port du Havre et dans les estuaires de l’Adour et de la Garonne (Noël et Fey, 2017). Elle a plus récemment été découverte sur les côtes françaises méditerranéennes (Noël et Fey, 2017).

Le Crabe de boue est particulièrement présent dans les zones fortement anthropisées (Noël et Fey, 2017). Il pourrait se propager soit à l’occasion de transport d’huîtres dans les zones conchylicoles, soit via les salissures sur les coques des bateaux ou dans leurs ballasts (Noël et Fey, 2017). Ce crabe pourrait être vecteur du syndrome des points blancs (résultats du dépôt anormal de sels de calcium au niveau de l’épiderme cuticulaire) (Noël et Fey, 2017, Payen et Bonami 1979). Très peu d’études ont permis de qualifier et de quantifier ses impacts, mais des effets sont suspectés sur les interactions trophiques et il rentrerait en compétition avec les crabes, écrevisses et poissons benthophages indigènes (Roche et Torchin, 2001). Dans la mer Caspienne, où l’espèce est présente en forte densité, elle est responsable de l’encrassement des tuyaux d’alimentation en eau et provoque des pertes économiques pour les pêcheurs (consommation des poissons dans les filets de pêche) (Zaitsev et Öztürk 2001, in GISD 2017) .

Pas de retour d’expérience de gestion disponible actuellement.

Règlementations

Règlementation :

Espèce non réglementée.

Règlementation outre-mer :