Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Base d'informations

ESPÈCES

Spartina anglica

Noms communs :

Spartine anglaise

Règne :

FLORE

Organisme :

Herbacée

Famille :

Poaceae

Milieu - 1 :

CONTINENTAL

Milieu - 2 :

près salés, slikkes, lagunes

Origine géographique :

Royaume-Uni

Nom anglais :

Common cord-grass

Auteur :

C.E.Hubb., 1978

Introduction en France :

métropole

Date de rédaction :

  02/03/2017, version 3  

Contribution :

Agathe Larzillière, PNR Armorique, Fabien Dortel, CBN Brest

Partager

RESSOURCES

Liens utiles :

Analyse de risque :

Répartition :

L’espèce ne fait pas l’objet de mesures de gestion particulières en France.

De nombreuses méthodes de gestion ont été testées : mise en assec des plans d’eau, réduction du taux d’oxygène dans l’eau, modification du pH, augmentation de la salinité de l’eau, dragage des sédiments, etc. (Aldridge et al., 2017). L’augmentation de la salinité de l’eau s’est avérée efficace en conditions de laboratoires (100 % de mortalité observée pour des taux de salinités très élevés 18-34 %), mais n’a pas été testée in situ (Gainey, 1978). Une étude menée aux Etats-Unis a également montré une mortalité importante de corbicules au bout de 4 jours d’exposition à des eaux à 36 °C (Cherry et al., 1980). La pose de barrières imperméables (bâches imperméables aux échanges gazeux) s’est également avérée efficace (98 % de mortalité au bout de 120 jours de pose) (Wittmann et al. 2012).  Le dragage des sédiments a donné de bons résultats lors d’une expérimentation en Irlande (diminution de 96 % de la population), mais sur une durée limitée (1 an) (Sheehan et al. 2014). Les méthodes employant des biocides sont également efficaces mais interdites dans les milieux aquatiques en France et Union Européenne.

La Spartine anglaise est une plante issue de l’hybridation survenue en Angleterre à la fin du 19e siècle, entre espèce américaine introduite, Spartina alterniflora, et une espèce indigène en Europe, Spartina maritima. Le doublement du jeu de chromosomes de ce premier hybride stérile (Spartina x townsendii) a permis la naissance de la Spartine anglaise, une espèce fertile et très envahissante qui s’est ensuite propagée rapidement le long des côtes françaises (CBN Bailleul, 2013). Par ailleurs, la plante a également été utilisée comme agent actif de poldérisation, notamment aux Pays–Bas (CBN Bailleul, 2013). Observée pour la première fois dans la baie de Southampton (Angleterre) en 1870, la Spartine anglaise a été repérée en France dès 1906, dans le baie des Veys en Normandie (Fried, 2012).

La Spartine anglaise a fortement modifié la structure de la végétation des estrans qui étaient presque uniquement occupés par des espèces annuelles de salicornes. Elle entre en forte compétition avec de nombreuses espèces dont la Spartine maritime (Spartina maritima) qui a beaucoup régressé, notamment en Bretagne. Les grandes colonies augmentent la sédimentation, ce qui conduit à un envasement ou un ensablement accéléré des baies Fried, 2012).

Pas de retour d’expérience de gestion connu actuellement.

Règlementations

Règlementation :

Espèce non réglementée.

Règlementation outre-mer :