Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Base d'informations

ESPÈCES

Symphyotrichum squamatum

Noms communs :

Aster squamateux

Règne :

FLORE

Organisme :

Herbacée

Famille :

Asteraceae

Milieu - 1 :

CONTINENTAL

Milieu - 2 :

Friches humides, bords de rizières et lagunes

Origine géographique :

Amérique du Sud

Nom anglais :

Squamatous Michaelmas daisy

Auteur :

(Spreng.) S.D.Sundb., 2004

Introduction en France :

Métropole et outre-mer

Date de rédaction :

  01/06/2016, version 1

Partager

RESSOURCES

Liens utiles :

Analyse de risque :

Répartition :

L’espèce ne fait pas l’objet de mesures de gestion particulières.

L’Aster écailleux est originaire d’Amérique centrale et d’Amérique du Sud. Sa naturalisation dans le Sud-Ouest et la région méditerranéenne a fait l’objet de nombreuses publications. Il a été signalé en 1905 sur les bords du lac de Tunis d’où il aurait immigré en Espagne en 1912. Les premières observations en France (Hérault) datent de 1914. L’espèce est maintenant abondante dans le bassin méditerranéen et dans le Sud-Ouest, du Pays basque à la Gironde (Toussaint in Muller, 2004).

Grâce à de longs rhizomes traçants produisant de nouvelles tiges chaque année, les asters américains peuvent rapidement former des peuplements monospécifiques denses. Ils sont très compétitifs et finissent souvent par éliminer les espèces des prairies alluviales. Par leur développement rapide, ces plantes accélèrent le processus d’ourlification des communautés prairiales (vieillissement prématuré) en provoquant la régression puis la disparition d’espèces végétales sensibles caractéristiques de ces prairie (par exemple, dans la vallée de l’Oise, Inula britannica et diverses orchidées). En cas de reprise de l’exploitation agro-pastorale (fauche, pâturage) sur des parcelles abandonnées envahies par des asters, la restauration d’un couvert végétal prairial diversifié serait considérablement ralentie par rapport à une mégaphorbiaie non colonisée (Toussaint, in Muller, 2004). L’Aster écailleux peut former des populations denses et les milieux humides de la région méditerranéenne, comme les mares temporaires, sont potentiellement menacées (Fried, 2012).

Pas de retour d’expérience de gestion disponible actuellement.

Règlementations

Règlementation :

Espèce non réglementée.

Règlementation outre-mer :